Sélectionner une page

Cité de la Réforme

Allemagne

Greifswald

„Du bist ehrenreich“ („Tu es honorable“)

La ville universitaire et hanséatique de Greifwald est située à la Mer baltique entre les iles de Rügen et de Usedom à l’extrème nord-est de l’Allemagne. Elle fait partie du Land de Mecklenburg-Vorpommern.

En 1250 Greifswand fut une des villes hanséatiques les plus importantes dans la région baltique. Elle jouissait du « Lübische Recht », des droits municipaux de la ville impériale de Lübeck. L’influence de la Hanse commença cependant à diminuer à partir du XVe siècle.

L’université de Greifswald fondée en 1456 est une des plus anciennes de l’Europe du Nord. Après l’essor provoqué par sa fondation suivit un temps marqué par des revers dû aux conflits entre le seigneur, la noblesse terrienne, le clergé et les villes. L’université fut impliquée dans ces controverses à travers les différentes relations qu’elle entretenait avec les diverses parties. Ces querelles advinrent aussi dans le contexte du mouvement réformateur et étaient amplifiées par des luttes de pouvoir économiques et politiques.

Tout comme dans d’autres villes hanséatiques, les controverses s’aggravèrent entre les familles éligibles au conseil municipal des riches commerçants et grands négociants d’une part, et les petits commerçants et artisans de l’autre. Les derniers demandaient à participer au gouvernement municipal et au contrôle des finances de la ville. Les seigneurs profitaient de ces controverses pour agrandir leur influence sur les villes, souvent en appuyant l’opposition contre l’autorité municipale. La progression de l’enseignement de Luther aggrava les tensions sociales. La partie de la population composée d’artisans et de petits commerçants étaient en faveur du nouvel enseignement, alors que les cercles dirigeants continuèrent à adhérer à l’ancienne Eglise.

Le mouvement réformateur commença en Poméranie au début des années 1520. Les villes du duché jouaient un rôle de précurseur. Alors qu’en 1525 la population révoltée de la ville hanséatique partenaire de Stralsund imposa la prédication protestante, Greifswald – sous l’influence du conseil, du clergé, des enseignants de l’université – s’opposa toujours aux aspirations réformatrices. « Greifswald, du bist ehrenreich » (« Greifswald, tu es honorable »), chantait-on à Stralsund – un chant de louange à propos de la fidélité de Greifswald à l’Eglise ancienne. Greifswald fut considéré comme un bastion de la foi ancienne, soutenu par le couvent Eldena proche de Greifswald, le chapitre de la Nikolaikirche et l’université.

En 1531, à la mort du duc Georg Ier, les adeptes de l’ancien enseignement perdirent leur protecteur majeur. Le 16 juillet de la même année, à la demande pressante des corps de métiers et de la bourgeoisie, Johann Knipstro prononça la première prédication protestante dans la Nikolaikirche à Greifswald. Knipstro s’était engagé tôt en faveur des thèses de Luther. Dès 1525 il participa à la mise en place d’une nouvelle structure ecclésiale. Knipstro engagea des prédicateurs protestants pour les trois églises municipales de Greifswald : St. Nikolai, Ste. Marie et St. Jacobi.

En 1534, sur décision du parlement régional de Treptow sur Rega, l’enseignement protestant fut déclaré obligatoire dans tout le duché de Poméranie. S’ensuivit la création d’une organisation ecclésiale luthérienne dépendant du seigneur. La charte ecclésiale fut rédigée par Johann Bugenhagen, compagnon de route de Luther, qui avait fait ses études de 1502-1504 à la faculté artistique de l’université de Greifswald. Les biens du couvent Eldena revinrent aux ducs de Poméranie. Le couvent des franciscains (Graues Kloster) revint à la ville de Greifswald. Sur son terrain se trouve aujourd’hui le Pommersche Landesmuseum. Le couvent des dominicains (Schwarzes Kloster) revint à l’université et abrita des logements pour professeurs et étudiants.

En 1539, l’université fut rouverte en tant que Haute école protestante. Les querelles à propos de l’introduction de la Réforme avaient, en 1527, provoqué l’arrêt presque total de l’enseignement. Johann Knipstro fut le premier professeur de théologie protestante. La chaire de théologie fut associée à la position du Generalsuperintendent.

Greifswald ne fut pas un moteur de la Réforme, mais les changements provoqués par la Réforme perdurent jusqu’à nos jours. Un exemple : Après la dissolution des trois couvents, la ville devint responsable pour l’éducation et l’assistance aux pauvres – des tâches communales qui demeurent d’actualité. Stefan Fassbinder

maire, Greifswald

Links

Greifswald: www.greifswald.de
Pommerscher Evangelischer Kirchenkreis: www.kirche-mv.de
Evangelisch-Lutherische Kirche in Norddeutschland: www.nordkirche.de