Sélectionner une page

Ilanz

Suisse

Ilanz

La petite cité

La ville d’Ilanz est située sur les bords du Rhin supérieur dans le canton des Grisons. Avec à peine deux mille cinq cents habitants, la première petite ville des bords du Rhin est la plus « petite » cité de la Réforme (« Städtl » en suisse alémanique). Mais la taille ne dit rien de l’importance de la ville. Depuis plus de 700 ans, Ilanz relève des droits de ville. Ici on parle allemand et romanche. Ilanz avec sa vieille ville historique bien conservée se trouve au cœur d’une région de sports d’hiver dans le district de Surselva. En 2014 Ilanz a fusionné avec d’autres communes pour former Ilanz/Glion.

La petite ville a aussi une grande importance pour l’histoire de la Réforme. A côté de Davos et de Chur, Ilanz fut un lieu de rassemblement de l’assemblée fédérale des Trois Ligues. Avec l’adoption des articles d’Ilanz de 1524 et de 1526, l’assemblée fédérale accorda aux communes de l’état libre des Trois Ligues le droit de choisir leurs pasteurs et réduisit ainsi les prérogatives de l’évêque et de la noblesse. Les articles émanent du réformateur Johannes Comander (approx. 1484-1557) qui exerça à Chur dès 1523 et rencontra en janvier 1526 l’évêque de Chur Paul Ziegler à Ilanz à l’occasion d’une disputation. L’héritage de Johannes Comander marque à ce jour l’Eglise réformée des Grisons et la constitution du canton. Il élabora la première constitution ecclésiale et fonda le synode des Grisons. Cette assemblée continue à rassembler tous les ans les pasteur(e)s du canton pour décider de l’admission et de l’ordination de pasteur(e)s dans les services de l’Eglise des Grisons. Elle discute de questions théologiques et liturgiques et supervise l’exercice du ministère pastoral. Les nouveaux/nouvelles pasteur(e)s sont ordonnés lors du culte dominical pendant le synode. Le synode des Grisons est l’un des synodes les plus anciens du protestantisme et est unique quant à ses missions et à sa composition.

Pendant les temps de la Réforme, il y eut aussi une communauté secrète d’anabaptistes. Leopold Scharnschleger (approx. 1485-1563), un des leaders du mouvement anabaptiste, trouva une position d’enseignant à Ilanz dès 1546 et s’occupa de la petite communauté anabaptiste. Il entretint une correspondance intense avec d’autres communautés anabaptistes jusqu’en Moravie.

Il reste des bâtiments à Ilanz qui témoignent du temps de la Réforme. A l’église réformée Ste. Margarethe où la disputation d’Ilanz eut lieu, se trouvent des fresques du Moyen Age tardif, parmi lesquels une image de la mort qui joue aux échecs avec une femme. La Casa Cumin, l’ancienne mairie, où se réunit l’assemblée fédérale, fut remplacé par un nouveau bâtiment en 1880. La langue d’Ilanz est un témoignage historique vivant spécifique. En 1611, le pasteur Stefan Gabriel d’Ilanz publia un catéchisme, le premier livre en langue surselve, la langue romanche de la vallée du Rhin supérieur.

L’adoption de la Réforme à Ilanz et dans quelques communes des alentours, constitua une proximité interpellant les communes fidèles à l’évêque. De cette histoire mouvementée s’est développé un œcuménisme vivant qui entrera en ligne de compte lors de la célébration du jubilé de la Réforme. Andreas Thöny

Président de l’Église cantonale réformée évangélique des Grisons

Links

Ville d’Ilanz www.ilanz-glion.ch/home.html
Paroisse réformée évangélique d’Ilanz http://ilanz-reformiert.ch/
Eglise cantonale réformée évangélique des Grisons www.gr-ref.ch/
Fédération des Eglises protestantes de Suisse www.kirchenbund.ch/de