Sélectionner une page

Cité de la Réforme Minden

Allemagne

Minden

La Réforme du Groupe 36

L’ancien siège épiscopal catholique-romain du diocèse de Minden est situé au nord-est du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Un signe particulier dans le paysage de Minden est le carrefour de voies fluviales où le canal (Mittellandkanal) croise le fleuve Weser par un pont-canal.

Au Moyen âge, le conseil et la bourgeoise de la ville se libérèrent progressivement du clergé. Minden obtint les droits municipaux et fit partie des villes de la Hanse. Dès le XIIIe siècle, la ville connut un essor économique grâce au développement dynamique de son commerce. L’attitude sans complexes du conseil et de la bourgeoisie vis-à-vis du clergé se traduisit par la construction d’une mairie représentative en face de la cathédrale.

Dès 1520, le mouvement réformateur commença à se répandre dans la principauté épiscopale de Minden. La décision en faveur de la Réforme ne fut cependant pas prise au niveau du gouvernement princier mais au niveau de la municipalité, et cela pour plusieurs raisons. Dès le milieu du XVe siècle, la bourgeoisie ne tint guère en estime les clercs et leurs corporations. Ni l’évêque auxiliaire résidant à Petershagen, ni Franz von Wolfenbüttel, administrateur sans consécration épiscopale de 1509-1529, ne furent capables d’éradiquer les abus de l’Eglise. Après le décès de Franz I en 1529 à Wolfenbüttel, un mouvement bourgeois profita de cette opportunité pour imposer la Réforme.

La prédication du moine bénédictin Heinrich Traphagen le 29 septembre 1529 dans l’église St. Simeon marqua le début de la Réforme à Minden. Dans son propos, Traphagen ne laissa planer aucun doute quant à son engagement pour l’enseignement luthérien. L’abbé du monastère fit arrêter le moine hérétique et l’enferma dans la prison municipale au sous-sol de la mairie.

Cependant, le mouvement des bourgeois protestants – en augmentation constante – passa à l’action, enfonça la prison municipale et libera Heinrich Traphagen sans que l’abbé et le conseil en eussent connaissance. Quelques jours plus tard, ils manifestèrent leurs convictions réformatrices. Traphagen fut publiquement et ostensiblement réintroduit dans la paroisse de St. Simeon. La population de la ville favorable à la Réforme forma une commission de 36 hommes qui dirigea désormais la ville devenue protestante.

Pressé par cette commission, le conseil municipal appela le théologien Nikolaus Krage (1500-1559) à Minden. Krage avait fait ses études à Wittenberg et s’était converti aux enseignements de Luther. Il devint le point de cristallisation du mouvement réformateur à Minden. Krage prêcha dans toutes les églises de la ville, sauf dans la cathédrale. A travers lui, le conseil établit la Réforme et la rendit obligatoire pour tous les habitants par un règlement ecclésial de février 1530. Cette « confession de Minden » (« stadtmindener Bekenntnis »), la première discipline ecclésiale en Westphalie, organisa la vie et les services sociaux dans le district de la ville protestante. La création d’une école latine fut également décidée. Elle devint le premier lycée protestant en Westphalie.

Depuis ces temps-là, le conseil et la bourgeoisie restèrent luthériens. Le chapitre de la cathédrale et du Stift demeurèrent confessionnellement mixtes jusqu’à la sécularisation en 1810. Après la dissolution du diocèse à la suite de la Guerre de Trente Ans, la principauté de Minden fut gouvernée par les princes électeurs de Brandenburg puis par les rois de Prusse. Ceux-ci introduisirent leur foi réformée comme troisième confession à Minden-Ravensberg.

Michael Jäcke

Maire, Minden

Links