Sélectionner une page

Zurich

Suisse

Zurich

Un repas de saucisses et « prophetie »

Zurich, aujourd’hui la ville la plus importante de la Suisse, est le premier exemple d’une Réforme initiée par les autorités de la ville. Elle devint le berceau de l’aile réformée de la Réforme.

En 1519, Huldrych Zwingli (1484-1531) commença à prêcher en tant que « Leutpriester » (prêtre séculier) au Großmünster de Zurich. Zwingli, humaniste, critiqua le « Reislaufen » (service mercenaire). Cette coutume voulait que de nombreux jeunes hommes fassent la guerre pour des seigneurs étrangers ce qui dépeupla leur pays d’origine. Il ne basa plus ses prédications sur les habituels textes bibliques de l’Eglise ancienne (péricopes), mais il commença à interpréter la Bible de manière continue (lectio continua) afin de respecter l’Ecriture Sainte dans l’intégralité de son message.

Lorsqu’en 1522 fut organisé de manière ostensible un repas de saucisses chez l’imprimeur zurichois Christoph Froschauer pendant la période de carême, Zwingli défendit cette violation des lois de carême vu l’absence de fondement biblique. Le conseil municipal se rangea à son argumentation et invita à deux disputations à propos du fondement biblique de l’enseignement et de la pratique de l’Eglise. Le conseil municipal finit par faire abolir toutes fêtes des Saints, processions, images religieuses et lois de jeûne non attestées bibliquement. L’autorité de l’évêque n’étant plus reconnue, la Réforme fut imposée dans toute la ville. Dès 1525 des savants se rassemblèrent quotidiennement dans le Großmünster de Zurich pour interpréter la Bible à partir les originaux hébreux et grecs. La Bible de Zurich, imprimée pour la première fois en 1530, est née de ce cercle d’exégèse, appelé « Prophezei » (« prophétie »). Des groupes réformateurs plus radicaux remettant en question l’autorité du conseil municipal et se rassemblant en paroisses anabaptistes, furent jugés, exécutés et chassés. Des différences entre la Réforme de Zurich et de Wittenberg devinrent cependant de plus en plus évidentes. Lors des entretiens religieux de Marburg en 1529, Zwingli et Luther s’affrontèrent de manière irréconciliable à propos de la question de la Sainte Cène. Au sein de la Confédération se creusa un fossé entre les villes catholiques et reformées qui conduisit finalement à la guerre. Lors de la bataille de Kappel, pendant laquelle Zurich subit une défaite en 1531, Zwingli perdit la vie. Heinrich Bullinger (1504-1575) qui succéda à Zwingli comme réformateur à Zurich, consolida la nouvelle foi par une délimitation contre les anabaptistes et les catholiques. Le rôle pionnier de la Réforme réformée incombe cependant à Genève et à Jean Calvin (1509-1564). Mais Bullinger réussit à trouver un accord avec Calvin dans le Consensus Tigurinus en 1549 et contribua à la formulation de la base commune de l’enseignement des Eglises réformées par les deux confessions helvétiques de 1536 et 1566.

Tous ces événements valurent à Zurich la renommée d’être le berceau des Eglises réformées.

Links

Ville de Zurich https://www.stadt-zuerich.ch/portal
Informations touristiques https://www.zuerich.com/de#section-01
Eglise réformée Canton de Zurich http://kirche-zh.ch/
Eglise réformée Canton de Zurich http://www.zh.ref.ch/
Fédération des Eglises protestantes de Suisse www.kirchenbund.ch/fr